Quelle formation à 14 ans ?

Quelle formation à 14 ans ?

Un nouveau parcours d’apprentissage dénommé ‘’Apprentissage junior’’ est proposé aux jeunes à l’âge de 14 ans depuis la rentrée scolaire de 2006. Il s’agit d’une formation qui se déroule en deux phases au sein d’un lycée professionnel. La première phase est réservée à une initiation aux métiers et la seconde à la signature d’un contrat d’apprentissage. Découvrez ici en quoi consiste cette formation.

Le déroulement de la formation de l’apprentissage junior

L’objectif de l’apprentissage junior est de trouver une alternance afin de permettre aux jeunes d’obtenir une qualification professionnelle qui sera sanctionnée par un diplôme professionnel. Au cours de la première phase de cette formation, l’apprenti junior reste sous statut scolaire et profite d’un projet pédagogique personnalisé. Il est alors inscrit dans un lycée professionnel ou un centre de formation d’apprentis (CFA).

Pendant cette formation d’initiation aux métiers, le jeune est accompagné par un tuteur désigné pour un meilleur suivi. À la fin de cette première phase, si l’apprenti doute encore de son orientation, il peut poursuivre son parcours d’initiation.

Les conditions d’admission et les enseignements

L’accès à l’apprentissage junior est autorisé par le chef d’établissement du lycée professionnel ou du centre de formation d’apprentis choisi. Le jeune peut entrer en formation alternée à l’âge de 14 ans avec l’accord de ses parents ou représentant légal. La formation débute lors de la rentrée scolaire de l’année suivante. Par contre, elle peut intervenir pendant l’année scolaire en cours suite à une dérogation de l’inspecteur de l’académie.

Grâce au parcours d’initiation aux métiers, l’apprenti va découvrir plusieurs métiers afin d’effectuer un meilleur choix. La première phase regroupe des matières générales : mathématiques, français, cours technologiques et pratiques. Ces enseignements sont appuyés par des stages en entreprise qui se font sous statut d’élève. Lorsque la durée du stage excède 20 jours, l’apprenti bénéficie d’une gratification qui correspond à 20 % du SMIC par heure d’activité.

Le contrat d’apprentissage

À l’issue de son parcours d’initiation aux métiers, l’apprenti peut conclure un contrat d’apprentissage. Cette décision doit être prise lorsqu’il atteint au moins l’âge de 15 ans et obtient l’accord de ses parents. Néanmoins, s’il est jugé inapte pour poursuivre la formation, il est tenu de reprendre sa scolarité ou de continuer son initiation dans un lycée professionnel.

De même, la durée du contrat d’apprentissage est déterminée compte tenu du niveau de compétences de l’apprenti. Après la signature de ce contrat d’apprentissage, il passe du statut d’élève à celui de salarié. Ainsi, le jeune peut bénéficier de toutes les dispositions du Code du travail ayant rapport au statut des apprentis. Enfin, le junior peut reprendre sa scolarité à tout moment s’il ne souhaite plus poursuivre l’apprentissage.

Comment faire un CV simple ?

Comment faire un CV simple ?

Le curriculum vitæ est un document qui résume les compétences, formations ainsi que les expériences d’une personne. Il peut être très utile lorsque vous sollicitez un poste auprès d’une organisation. Il existe plusieurs types de CV dont, le curriculum vitæ simple que vous pourrez faire facilement. Découvrez ici comment faire un CV simple.

(suite…)

Quelles sont les formations qui sont payées ?

Quelles sont les formations qui sont payées ?

Souhaitez-vous en savoir davantage sur les formations payées ? En effet, pour favoriser l’insertion de bon nombre de personnes en situation d’inactivité, plusieurs organismes comme Pôle emploi mettent en place ces cours. Cependant, il est tout de même important d’avoir connaissance des domaines pour être en mesure de s’y inscrire. Découvrez-les donc à travers ce guide !

Les formations en esthétique et en coiffure

Les formations en soin esthétique et coiffure font partie de celles qui sont payées par les institutions d’aide à l’emploi. Vous pouvez à ce titre vous rendre sur le site fnaseph pour profiter des nombreux conseils qu’ils prodiguent pour faciliter votre retour à l’emploi. En effet, ces types de formations sont parfaits pour les personnes qui ont une passion pour les métiers artisanaux. Vous pouvez choisir de vous faire former dans ces secteurs rémunérés pour pouvoir obtenir votre diplôme professionnel. De quoi vous permettre de vous lancer à votre propre compte et favoriser votre réinsertion.

Les formations culinaires

Dans le lot des cours payés par les organismes de reconversion professionnel, vous pouvez distinguer les formations gastronomiques. Ces derniers sont celles relatives à la cuisine et l’ensemble des arts culinaires que vous pouvez compter dans l’univers de la gastronomie. Vous avez la possibilité de bénéficier d’un accompagnement financier tout au long de votre cursus. Ces aides sont destinées à toutes les personnes éligibles qui souhaitent acquérir des expériences professionnelles en la matière.

Les formations dans le domaine d’assistance médicale et du métier éducatif

L’assistance médicale et le métier éducatif sont des domaines de formation qui sont payés par les organismes d’aide. Vous pouvez par conséquent choisir de vous faire former dans le corps médical pour être en mesure de travailler dans ce secteur à la fin de votre cursus. Les métiers éducatifs quant à eux se rapportent aux formations sur les gardes d’enfants et leurs suivies pédagogiques.

Les formations dans le domaine commercial et numérique

Vous pouvez trouver, parmi les formations payées, celles relatives aux professions commerciales. Au nombre de ces dernières, vous pouvez distinguer les métiers de négociateur, de vendeur, de magasiniers et bien d’autres. Vous avez la possibilité d’opter pour ces formations et finir votre cursus en suivant des cours en marketing digital. Ceci vous permet de lancer votre propre entreprise que vous aurez l’occasion de positionner sur le marché grâce au numérique. Aussi, ces cours proposés et rémunérés par Pôle emploi peuvent être suivis à distance pour favoriser l’apprentissage des personnes depuis leur maison.

Vous avez à présent à votre connaissance toutes les informations sur les différentes formations payées. Vous pouvez vous faire former dans l’un de ces domaines pour faciliter votre reconversion sur le marché de l’emploi.

(suite…)

Comment organiser un déménagement d’entreprise ?

Comment organiser un déménagement d’entreprise ?

Un déménagement n’est pas une chose facile. Cette opération s’avère encore plus difficile lorsqu’il s’agit d’une entreprise. Pour y arriver, il est nécessaire de bien se préparer pour que tout se passe sans déconvenues. Alors, comment organiser un déménagement d’entreprise ? Focus.

Évaluer l’ensemble de vos besoins

Pour bien organiser un déménagement d’entreprise, vous devez d’abord évaluer l’ensemble de vos besoins. Il convient alors de faire une liste de tout ce dont vous avez besoin. Cela dit, que ce soit la taille du nouvel espace, nombre de bureaux, la localisation, etc. vous ne devez rien laisser au hasard. En tenant compte de ces aspects, vous allez déterminer la nécessité ou non d’augmenter votre logistique. Vous pouvez d’ailleurs cliquer ici pour en voir plus d’informations.

Fixer une date pour le déménagement d’entreprise

Il est très primordial d’avoir une date de prévue pour le déménagement. C’est une étape clé, car elle permet de se fixer un rétro-planning de toutes les tâches à faire. De plus, c’est le meilleur moyen de ne rien oublier.

Néanmoins, c’est un travail assez délicat, car vous devez tenir compte de délais exigés, du temps de réponse de certains prestataires (téléphonie, internet, électricité, etc.). Compte tenu de tous ces facteurs, il est recommandé de compter au moins 6 mois pour envisager un déménagement d’entreprise. Toutefois, vous pouvez aussi le faire en 3 mois. Tout dépend de la manière dont vous avez effectué les démarches afférentes.

Réaliser toutes les démarches afférentes

Maintenant que vous avez défini la date de déménagement, il vous faut entreprendre en urgence et en priorité toutes les démarches administratives et légales. Si vous avez des abonnements en cours, pensez à les transférer vers le nouvel emplacement ou à les résilier. Il peut s’agir par exemple du transfert des services, la délocalisation de l’entreprise, etc. Pour ce faire, rapprochez-vous des entreprises spécialisées pour connaître les démarches nécessaires à effectuer.

Autres étapes à franchir

Une fois les démarches réalisées, pensez à trouver la meilleure offre de déménagement. Cette tâche peut se faire en ligne ou directement auprès des entreprises et professionnels du déménagement. Pour ce faire, recensez autant d’offres que vous pouvez. Lisez ensuite les avis d’anciens clients de chaque prestataire puis comparez-les. Cela vous permet de faire le meilleur choix au meilleur prix. Surtout, ne vous précipitez pas sur l’offre la moins chère.

Par ailleurs, si vous êtes une petite entreprise (moins d’une vingtaine), vous pouvez louer des véhicules et organiser votre déménagement vous-même. L’autre étape consiste à vous organiser pour le transfert de vos données. Cela dit, vous devez faire les cartons. Surtout, évitez de faire cette opération le jour du déménagement. Vous risquez de perdre tout votre temps. Faites le tri de vos affaires et n’hésitez pas à jeter tous les documents que vous ne jugez pas utiles.

Comment trouver un premier emploi en moins de 3 mois ?

Comment trouver un premier emploi en moins de 3 mois ?

À la fin des études, de nombreuses personnes se mettent à la recherche d’emploi. Cette étape peut s’avérer difficile, surtout lorsqu’on ne sait pas comment s’y prendre. Cependant, en procédant de manière correcte, il est tout à fait possible d’obtenir en peu de temps le travail que vous souhaitez. Découvrez comment trouver un premier emploi en moins de 3 mois.

Faire recours au bouche-à-oreille

Le bouche-à-oreille est un procédé qui vous permet d’avoir des recommandations fiables. Pour ce faire, dites à vos amis que vous cherchez un emploi. Une personne parmi eux peut vous proposer  un cabinet de recrutement par exemple.

Si vous n’avez pas eu satisfaction, élargissez votre champ de recherche. Rapprochez-vous de vos connaissances ou membres de famille. N’hésitez pas à leur demander de contacter leurs proches pour trouver des pistes. Dans cette quête, quelqu’un finira par vous donner des recommandations.

Postuler dans les PME

L’autre astuce pour trouver un premier emploi en moins de 3 mois est de faire des demandes auprès des PME. Ces structures ont généralement un type de fonctionnement moins bureaucratique, ce qui vous permet d’évoluer selon votre rythme et de sortir plus facilement des sentiers battus. Surtout, vérifiez la mutuelle proposée par l’entreprise afin de couvrir vos besoins de santé.

S’inscrire sur les sites d’embauche

Une autre solution plus rapide est de vous inscrire sur les sites d’embauche. Vous allez trouver sur le Net plusieurs plateformes qui se chargent de passer les offres d’emploi. Activez alors la newsletter pour recevoir les notifications de ces sites. Néanmoins, sachez que sur ce site , la plupart des recruteurs demandent de l’expérience.

Toutefois, n’hésitez pas à postuler afin de ne pas limiter vos chances. Aussi, il vous faut créer votre CV sur ses plateformes. Ceci permet de recevoir les demandent d’emploi qui concerne uniquement votre profil. Voici par exemple quelques sites que vous pouvez utiliser pour trouver votre premier emploi en moins de 3 mois.

Pôle emploi

Pôle emploi est un site qui regroupe plus de 580 000 offres d’emploi. L’avantage de cette plateforme est qu’il met en relation l’entreprise et le chercheur d’emploi. Il propose également le service CVthèque idéal. Vous pourriez ainsi mettre votre CV à jour afin d’augmenter vos chances d’être recruté.

Indeed

Indeed fait partie des plateformes les plus visitées au monde. Ici, vous pouvez trouver d’emploi en publiant votre CV. De plus, vous avez même la possibilité de postuler à des offres internationales si vous le désirez.

En somme, il existe différents moyens pour trouver votre premier emploi en moins de 3 mois. Il vous revient d’opter pour la méthode qui vous paraît la plus efficace.

Quels sont les différents types de recrutement ?

Quels sont les différents types de recrutement ?

Le recrutement représente une procédure gérée par la gestion des ressources humaines. Celle-ci décide du recrutement à travers deux méthodes : interne et externe. Il est décidé par le responsable opérationnel et se fonde sur la nature et les fonctions du poste. Découvrez les différents types de recrutement.

Le recrutement interne

Il s’agit d’une pratique permettant à l’entreprise d’offrir un poste à un collaborateur interne à la structure. Il est important que chaque employé soit informé de ce type de recrutement. Ceci peut se faire à travers des moyens, notamment une note de service, un affichage, via l’intranet. Cela peut également se faire par le biais du journal de l’entreprise ou un entretien individuel. Ainsi, les frais de recrutement sont faibles et l’employé n’a pas besoin d’intégration particulière.

Ce type de recrutement permet à la structure de proposer un poste à un salarié déjà bien intégré. Il a pour objectif de valoriser le potentiel humain, offrir une promotion à un collaborateur apte et efficace. Cette pratique permet aussi de motiver le personnel par une rémunération plus simple. Il accorde ainsi un emploi de fin de carrière à un salarié méritant.

De plus, cette pratique représente un gain de temps pour l’entreprise. Le salarié concerné peut prétendre à une évolution rapide en termes de poste et de ses nouvelles missions.

Il est à noter qu’aucun critère ne définit pour quel type de poste une structure peut avoir recours au recrutement interne. En effet, il est possible d’y procéder pour combler un poste vacant ou à l’issue de la création de poste.

Le recrutement externe

Dans une entreprise, il est possible d’émettre le besoin d’embaucher un nouveau collaborateur. À cet effet, elle peut faire appel à une candidature externe. Ceci peut se faire à travers divers moyens de communication. C’est notamment l’internet, des journaux et presse,  cabinet de recrutement , médias, l’affichage, l’annonce ou le pôle emploi.

Toutefois, il s’agit d’un moyen de faire connaître la structure. Ce type de recrutement permet de communiquer les performances et objectifs de la structure. Il permet aussi d’introduire un effectif de jeunes diplômés et expérimentés. Il est également question d’embaucher les candidats motivés, capables de s’intégrer facilement.

Cependant, cette pratique peut conduire à un coût relativement important pour la compagnie. Il peut être relatif à des honoraires d’un cabinet de recrutement, à la formation d’un candidat à son nouvel emploi.

Ce recrutement externe peut aussi coûter cher à la structure, car elle devra offrir du salaire et des primes. Ceci se fait en fonction du niveau d’études et de qualification du nouvel employé.

 

open to work LinkedIn devez vous l’activer ?

open to work LinkedIn devez vous l’activer ?

LinkedIn est un réseau social qui renferme de nombreuses fonctionnalités. Parmi celles-ci, il y a l’option « open to work LinkedIn ». Cette fonction présente un grand avantage pour ceux qui recherchent de l’emploi. Cependant, certaines personnes se demandent s’il vaut vraiment la peine d’activer cette fonctionnalité. Découvrez ici la réponse à cette question !

(suite…)

L’abandon de poste

L’abandon de poste

L’abandon de poste est un motif suffisant pour provoquer de lourdes sanctions disciplinaires à l’encontre du salarié, voire éventuellement un licenciement. Qu’il soit lié à son employeur par un CDI ou un CDD, le travailleur abandonnant son poste gagne à faire appel à un expert en droit du travail pour assurer sa défense. Focus sur l’abandon de poste en 2022 : découvrez tout ce qu’il convient de connaître sur le sujet.

Définition et motifs de l’abandon de poste

En tant que salarié, vous devez connaître parfaitement vos droits , raison pour laquelle il apparaît utile de vous informer sur la notion d’abandon de poste. Ainsi, vous pourrez vous justifier avec les motifs legitimes.

Abandon de poste : l’essentiel à savoir

L’abandon de poste se traduit par l’absence du salarié durant les heures dédiées au travail, de manière ponctuelle ou sur plusieurs jours. Toutefois, il faut que ce non-respect des obligations contractuelles soit à la fois injustifié et non-autorisé par l’employeur. Il peut également s’agir du départ anticipé du salarié de son poste de travail.

Ainsi défini, l’abandon du poste se distingue nettement de la démission et de la prise d’acte de la rupture du contrat de travail. Dans le premier cas par exemple, l’employé décide de manière unilatérale de mettre fin à un contrat à durée indéterminée. La seconde circonstance correspond à une volonté de rupture exprimée de manière claire à l’employeur.

Les motifs légitimes de l’abandon de travail

L’abandon de poste peut toutefois être justifié par les motifs d’absence légitime. Il s’agit entre autres :

  • du droit de retrait pour des raisons de santé ou de sécurité
  • du départ précipité pour soutenir un parent mourant
  • de l’absence injustifiée d’un employé ayant eu une attitude irréprochable pendant une durée de plus de 30 ans.
  • de la non-reprise par le salarié au terme d’un arrêt-maladie prolongé alors que l’employeur ne l’a pas sollicité pour une visite médicale de reprise.

Ces différents motifs peuvent éviter aux salariés de subir de lourdes sanctions disciplinaires ou même un licenciement.

Les risques encourus par le salarié en cas d’abandon de poste

L’abandon de poste peut mettre fin à un contrat de travail, quelle que soit sa nature. Cette situation présente d’énormes risques pour le salarié. Ce dernier peut se retrouver sans indemnité, sans allocation chômage et sans salaire sur une certaine période.

Les salariés sous le coup de l’abandon de poste ne peuvent en principe pas être embauchés pour un nouvel emploi. En effet, leur contrat de travail n’était pas encore résilié. L’abandon de poste impacte négativement la réputation professionnelle du salarié.

Les mesures que peut prendre l’employeur en cas d’abandon de poste du salarié

Dès que l’employeur constate un abandon de poste d’un salarié, il peut directement procéder au rassemblement des preuves. Il peut aussi demander au salarié de justifier son absence à son lieu de travail.

L’employeur peut aussi prendre une mise en demeure à l’encontre du salarié pour qu’il reprenne ses fonctions. Il peut enfin déclencher une procédure disciplinaire, une suspension du salaire et la procédure de licenciement.

Dès lors, en cas d’abandon de poste, vous devez apporter des motifs légitimes ou engager un avocat pour faire valoir vos droits. C’est une situation que certains salariés imprudents négligent, mais qui peut impacter négativement leur carrière professionnelle.